Autisme Centre-du-Québec
Faire un don

24 novembre 2016

Pour une intégration scolaire réussie

Montréal, le 22 novembre 2016 — La consultation publique sur la réussite éducative lancée par le ministre Proulx fait ressurgir, encore une fois, le débat de l’intégration scolaire. Les élèves handicapés ou en difficultés d’adaptation ou d’apprentissage (EHDAA) sont pointés du doigt : il semble qu’ils fassent ombrage aux élèves de la classe ordinaire.

On sait, pour l’avoir entendu de nombreux enseignants et des familles dont l’enfant est intégré, que l’ensemble des services requis pour favoriser une intégration réussie n’a jamais été au rendez-vous. Malgré l’insuffisance des ressources, des coupes drastiques ont été faites dans les services aux EHDAA ces dernières années. Il est quand même étonnant que personne n’en fasse mention.

Le ministre Proulx soutient qu’il est temps d’ouvrir le débat concernant l’intégration des élèves à besoins particuliers dans les classes ordinaires. Souhaitons que ce débat se fasse avec honnêteté et qu’il ne soit pas seulement l’occasion de renvoyer les élèves dans des classes spéciales.

À la Fédération québécoise de l’autisme, nous pensons qu’il ne faut pas mettre en péril l’intégration des élèves ayant des besoins particuliers. Nous croyons que l’intégration doit être faite en respectant les conditions essentielles, soit une vision commune de l’intégration partagée par l’ensemble de l’équipe-école, l’adaptation de l’enseignement et des outils d’apprentissage, la formation des enseignants, la collaboration avec les partenaires et les familles et l’ajout de ressources humaines. Ce n’est qu’à ces conditions que l’intégration sera une réussite pour tous.

L’école est le lieu où sont formés les citoyens de demain. C’est à l’école que l’on apprend le savoir, le savoir-être et le savoir-faire. C’est le moment propice pour côtoyer des personnes différentes, des différences de couleurs, de nationalités, de langues, de compétences, etc. Parmi ces personnes différentes se trouvent les élèves handicapés ou en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage et apprendre à les côtoyer à l’école a toutes les chances de leur garantir une place dans la communauté à l’âge adulte.
La société québécoise a changé, l’école doit changer en conséquence.

Pour renseignements : Jo-Ann Lauzon
Fédération québécoise de l’autisme
514 270-7386 / direction@autisme.qc.ca
www.autisme.qc.ca

La Fédération québécoise de l’autisme est un regroupement provincial de plus de 90 organismes qui ont en commun les intérêts de la personne autiste et ceux de sa famille et de ses proches.

Retour aux nouvelles